Sols peu épais non différenciés

Sols peu épaisCet ensemble regroupe des sols dont la profondeur n’excède pas 40cm (voire même 10cm pour certains) et caractérisés par la présence d’horizons organiques et/ou organo-minéraux reposant directement sur la roche.
Ces sols minces occupent des surfaces relativement importantes en Bretagne (13% d’après les données du RRP), sur une grande variété de substrats, notamment les granites et les schistes durs. Ces sols ubiquistes sont dans la plupart des cas non majoritaires dans les UCS, mais en association avec d’autres types de sols.
Ils occupent préférentiellement le sommet des buttes, les pentes fortes à très fortes ou encore les zones de rupture de pente. L’érosion entraîne un rajeunissement constant de ces sols et limite la différenciation d’horizons. Ces sols ont un fonctionnement hydrique particulier, puisqu’ils peuvent être saturés en eau l’hiver si la roche sous-jacente est imperméable et au contraire très secs l’été. Dans de rares cas (moins de 5% des sols peu épais), l’engorgement en eau prolongé se manifeste par la présence de traits d’hydromorphie.
La faible profondeur de ces sols constitue un frein important à la mise en culture, car leur réserve hydrique est très faible et les racines ont peu de place pour se développer. Lorsqu’ils sont cultivés, la charge en éléments grossiers de surface est souvent très importante (photo ci-dessous), ce qui use prématurément le matériel agricole et rend délicat le travail du sol et l’implantation des cultures. Dans les systèmes de polyculture-élevage bretons, ces sols sont souvent valorisés en prairies, si la pente n’est pas trop importante. Ils sont également fréquents sous végétation naturelle de landes ; l’implantation de feuillus ou résineux est parfois observée, mais en général la croissance des arbres y est faible.

 

Rankosol sur schiste Forte charge en cailloux à la surface d'un Rankosol

 

 

A TELECHARGER : Descriptif des UTS rattachées aux sols peu épais

 

Retour à l'inventaire des sols

ImprimerE-mail